Menu | Contenu | Recherche

Le blog de la Bergerie de Villarceaux

Les fondations cultivent le jardin mondial

A l'invitation de la Fondation Charles Léopold Mayer et du réseau EDGE (Engaged Donors for Global Equity), une vingtaine de représentants de fondations américaines et européennes se sont réunies à la Bergerie de Villarceaux du 23 au 25 mars pour un séminaire consacré aux leviers de la transition écologique et sociale. Le but de la rencontre était de permettre à des bailleurs privés de partager leurs analyses et réflexions pour identifier, malgré leur diversité géo-culturelle, des enjeux communs et éventuellement des stratégies collectives d'actions et de financement.

Séminaire Funders le 25 mars 2013


Grâce aux présentations de spécialistes et acteurs clés des mouvements sociaux venus du Forum Social Mondial (Nicolas Haeringer et Nicola Bullard) ou des nouveaux mouvements sociaux et civiques (Alnoor Ladha de The Rules), le paysage des forces du changement et des thèmes de mobilisation actuels a gagné en visibilité. Les participants ont ensuite pu confronter leurs propres pratiques à cet état des lieux et finalement s'accorder sur quelques grands principes. D'abord la nécessité d'un "translocalisme cosmopolitaire", dans le sens où l'enracinement territorial ou thématique des nouveaux mouvements citoyens comme Occupy, Indignados, les campagnes contre la dette ou les révolutions nord-africaines doit pouvoir converger au niveau mondial sans pour autant imposer une hégémonie universaliste.
Ensuite le besoin de nouveaux récits "préfiguratifs" qui donnent une direction commune non seulement à celles et ceux qui sont déjà engagés dans des voies alternatives aux modèles économiques et culturels dominants, mais aussi pour tous les autres qui restent à convaincre de l'urgence de ces transitions.

Enfin, s'appliquant à eux-mêmes ces méthodes, les participants ont choisi le paradigme de la permaculture pour qualifier leur propre transformation culturelle, la "perma-philanthropie" consistant avant tout à observer et comprendre les interdépendances entre enjeux et entre acteurs et interagir avec elles. Il faut bien reconnaître que la visite de l'éco-ferme est des expérimentations sur l'agroforesterie a fortement inspiré le groupe! 
Beaucoup reste à faire bien sûr pour construire une action coordonnée entre fondations privées plutôt habituées à suivre leurs propres agendas et partenaires. Mais l'existence d'un groupe formel de fondations partageant les mêmes valeurs et intérêts offre un cadre intéressant pour avancer vers plus de coopération. La FPH, qui est devenue membre d'EDGE en 2012, entend poursuivre ces efforts, en particulier au niveau européen, en liaison avec le Centre Européen des Fondations et d'autres réseaux plus informels.

Rédigé par Nicolas KRAUSZ

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.bergerie-villarceaux.org/blog/index.php?trackback/32

Fil des commentaires de ce billet