20 ans de dialogue entre un territoire rural et une fondation


La Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme (FPH) est devenue propriétaire du domaine de Villarceaux pour des raisons historiques au milieu des années 1980. Dès 1987, la FPH s'est interrogée sur sa gestion du domaine de Villarceaux, conforme au modèle agricole dominant plutôt qu'à ses propres orientations. En 1992, la FPH a hésité à vendre le domaine et a finalement choisi de le garder en le faisant participer plus directement à ses objectifs pour "faire de Villarceaux un lieu concret d'application d'utopies liées aux valeurs défendues par la fondation" (document préparatoire à l'AG de nov. 1994).

C'est ainsi que le projet de la Bergerie de Villarceaux est à la fois un projet initié, soutenu et en lien avec les programmes de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme (FPH).

La FPH en bref ...

La Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme (FPH) est une fondation de droit suisse qui contribue à l'émergence d'une communauté mondiale par l'appui à la construction de réseaux internationaux, à l'élaboration d'analyses et de propositions partagées, et à des stratégies de plaidoyer. Elle intervient dans les champs de la gouvernance, de l'éthique et des modes de vie durable.






Des constats, des objectifs

Gouvernance                                                                                                                            

Constat : le mouvement de mondialisation généré par la globalisation des échanges économiques a irrémédiablement rendu les différentes régions du monde et les sociétés interdépendantes. Le mode de gouvernance inter-étatique actuel n'est pas à l'échelle des crises à résoudre. 

Objectif : concevoir et mettre en oeuvre de nouvelles formes de gouvernance, des règles du jeu des porteuses de sens, prenant en compte la cmpléxité du monde, le caractère universel des enjeux et la diversité des contextes. 

Ethique

Constat : dans le système mondialisé dans lequel nous évoluons, les rapports entre les individus, entre les sociétés et entre les êtres humains et la biosphère ont changé de nature, d'ampleur et d'échelle.  

Objectif : concevoir des systèmes sociaux et politiques de co-responsabilité à l'échelle de la planète pour que soit clairement défini qui est responsable de quoi et devant qui. 

Société durable 

Constat : crise économique et financière, crise écologique et environnementale, tous les curseurs sont dans le rouge et confirment que nos modèles de croissance et de consommation ont non seulement dépassé les limites de la planète mais ont également dangeureusement et durablement détériroré et détruit les ressources et le patrimoine naturel mondial.

Objectif : inventer les modalités d'une société durable (modes de bie, de production et de consommation) accessibles à toutes les sociétés humaines et respectueux de l'environnement. 

Pour en savoir plus, lire le rapport annuel de la Fondation

Charles Léopold Mayer, le fondateur

Son fondateur Charles Léopold Mayer (1881-1971), français d'origine irlandaise, chimiste de formation, fit fortune dans la finance. Imprégné de valeurs progressistes et grand admirateur d'Alfred Nobel, il a choisi de mettre sa fortune au service de travaux à caractère scientifique et humaniste, conformément à l'esprit de son temps. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur les moteurs du progrès.

Contact : http://www.fph.ch